Les erreurs à ne pas commettre lors de l’arrivée de votre chiot dans la maison

portee_dog3Votre chiot est un animal d’une autre espèce que vous !!!

C’est à dire qu’il a des besoins éthologiques différents et qu’il présente des capacités perceptives et expressives différentes.

En premier lieu, l’idéal est d’être présent à la maison les 2 jours qui suivent son arrivée.

Le premier jour de son arrivée chez vous, la première erreur serait de vouloir tout de suite intérargir intensément avec lui sans le laisser prendre connaissance des lieux, et de vouloir le brider dans ses déplacements sous le prétexte qu’il serait fragile ou qu’il pourrait faire des bêtises.

Il convient de le laisser prendre connaissance des lieux, le laisser flairer partout, observer, s’engager vers des objets, reculer, gémir ou aboyer en fuyant puis revenir sur l’élément perçu comme inquiétant, faire le tour des lieux sous une surveillance attentive mais non coercitive est la garantie d’une exploration constructive et d’un enrichissement d’emblée positif du cerveau du chien.

Si votre chiot semble à l’aise, vous le caressez pour renforcer ses explorations.

S’il tremble ou gémit, il ne faut pas intervenir pour l’apaiser.

Rassurer alimente sa peur, on « fabrique » ainsi un chien craintif !
Moins on intervient plus il s’habitue vite 🙂

Pour ne pas prendre le risque d’être perçu comme « le père fouettard », il convient de ne pas donner à votre chiot l’occasion de mal se comporter.
C’est pourquoi, en dehors des moments de jeux, de détente, de promenade et d’interactions, il est préférable de mettre votre chiot dans un parc ou dans une Varikennel ajouré d’où il peut voir son maître sans faire de bêtise.

Il va apprendre à ne pas solliciter en permanence l’humain, à tolérer la frustration, à renoncer à réclamer toute chose et à attendre sans détériorer la maison.

Votre chiot est un animal d’une autre espèce que vous !!!

 

cocker_kong
En évitant les menaces et les sanctions, on construit chez le chiot un solide capital « confiance » envers l’homme ». L’humain devient celui qui donne de la chaleur, apporte des activités ludiques et chargées de récompenses.
L’homme n’est pas celui qui dit « non » en permanence, qui renvoie et rejette, qui dispute.

Le maître doit être un véritable leader et un entraîneur de qualité par une éducation directive mais le moins corrective possible.
Le rôle constructif des interactions positives ont fait leur preuve depuis longtemps et sont très largement utilisées avec succès pour produire des chiots épanouis.

Le lieu de couchage doit être situé dans une zone tranquille, un peu confinée et retirée, loin d’un passage bruyant et dérangeant.
Si votre chiot pleure un peu la première nuit, on peut attendre qu’il se calme tout seul. S’il gémit ou panique, il convient d’aller le chercher, de le sortir une minute au cas où il aurait envie de faire ses besoins, puis de me rendormir près de soi.

5 à 7 jours après son adoption, il faut habituer votre chien à l’extérieur, il faut éviter son isolement social.
Votre chiot a grandi les deux premiers mois avec sa fratrie, il a appris à communiquer et a forgé des liens sociaux indispensables à son équilibre. Il ne faut donc pas l’isoler en le gardant seul à la maison ou dans votre jardin !

Il est intéressant d’accrocher une fine longe à son collier pour lui donner une certaine illusion de liberté.
Votre chiot va prendre contact avec les congénères qu’il croise et s’ajuste naturellement à leurs signaux de communication.

Si un adulte grogne sur lui, il va s’écarter. L’erreur est alors de le prendre dans les bras et de l’extraire de l’intercation par crainte d’une blessure.
De cette façon, il n’apprend pas à produire des comportements adaptés de soumission ou d’immobilisation devant un autre chien.

Il est nécessaire de provoquer des rencontres entre chiots mais aussi avec des jeunes adultes et des chiens de caractère et de morphologie différents. Le chiot doit s’habituer à des interactions variées pour être bien sociabilisé.

                        DSCN0725   DSCN0720
Lapprentissage de la propreté : l’erreur consiste à ne pas le sortir suffisamment.
Il faut le sortir toutes les 2 heures et également après un repas ou une période de sommeil.

A l’intérieur, le chiot est placé dans un espace restreint, ce qui le pousse à se retenir. Tant qu’il dort et qu’il reste couché, on le laisse tranquille.
Dès qu’il se lève, on l’emmène dehors. On le félicite chaleureusement et on joue avec lui. Dès qu’il est fatigué et qu’il a fait ses besoins, on le rentre et on le place dans son parc où il sera tenté à nouveau de se retenir.
Progressivement on espace les sorties et on lui apprend à rester couché sur son tapis à l’intérieur en ouvrant son parc.
Ainsi, on lui donne très peu l’occasion de faire ses besoins à l’intérieur.

Le soir, une longue sortie plus fatigante favorise un sommeil profond et une propreté nocturne rapide.

Il faut éviter les sanctions qui ne servent à rien, le nettoyage en sa présence (ce qui l’excite), l’utilisation de tapis ou d’alèse de propreté qui apprennent en fait au chiot à se soulager à l’intérieur …

Commencer l’autonomisation :

Il faut partir 5 à 10 minutes quand votre chiot est endormi et revenir sans faire attention à lui. Faire de petites sorties fictives et des retours banalisés. Mettre le chiot dans son parc et ignorer ses gémissements de demande d’attention : cela permet de créer une tolérance progressive à la frustration et d’inciter votre chiot à la résignation face à cette frustration.

Contrarier le chiot dans ses exigences l’aide à s’ajuster à la disponibilité relative de l’humain !

Il est important de lui laisser des jouets fortement stimulants afin qu’il apprenne à s’occuper agréablement sans interaction avec ses maîtres.

                         IMG_1295   asdcn_ext
Voilà quelques grands principes pour vous guider dans vos interactions avec votre chiot, dans la mise en place de son éducation.

                               Nos objectifs :

– vous apporter les connaissances afin que vous puissiez construire une relation saine et heureuse avec votre nouveau compagnon.
– faire de la prévention sur les troubles du comportement !

Avoir un futur chien « bien dans ses baskets » !!