La leptospirose chez le chien

La leptospirose est une maladie infectieuse engendrée par la présence de bactéries appelées leptospires qui peuvent infecter l’homme, le chien, ainsi que de nombreuses espèces animales (chat, rat, souris, gerbille, hamster, furet…).

Cette pathologie est beaucoup plus fréquente chez le chien que chez le chat.

C’est une maladie grave et c’est une zoonose : elle est susceptible d’être transmise par les animaux à l’homme et réciproquement.

schema_contaminations

La transmission de la leptospirose

Les rongeurs, et en particulier les rats, sont les principaux réservoirs de la maladie.

Le chien se contamine directement au contact des rongeurs sauvages ou indirectement par l’intermédiaire de leurs urines présentes dans le milieu extérieur (les leptospires résistent bien dans les zones humides et ombragées telles que rivières, mares, étangs, terre, boue…)

Les leptospires pénètrent dans l’organisme d’un homme par contact  d’une de ses muqueuses (bouche, oeil, appareil respiratoire), ou d’une plaie qu’il s’est faite, avec le sang ou les sécrétions d’un animal infecté depuis quelques jours.

Après environ 8 jours, ce sont les urines des animaux malades qui deviennent contaminantes y compris par leur présence dans le milieu extérieur. L’homme pourra donc contracter la maladie par contact avec les urines d’un chien ou d’un rongeur de compagnie malade mais davantage encore par contact avec les urines de rongeurs sauvages présentes dans les étendues d’eau douce..)

Les professionnels en contact fréquents avec les animaux sauvages ou domestiques et les personnes pratiquant des loisirs aquatiques sont donc particulièrement exposés à la maladie.

La leptospirose se contracte le plus souvent par contamination indirecte, lors d’activités avec de l’eau douce (lacs, étangs, eaux souillées ou boueuses) et par contamination directe (morsure, contact avec les urines d’animaux malades).

La leptospirose est une maladie infectieuse engendrée par la présence de bactéries appelées leptospires qui peuvent infecter l’homme, le chien, ainsi que de nombreuses espèces animales (chat, rat, souris, gerbille, hamster, furet…).

Cette pathologie est beaucoup plus fréquente chez le chien que chez le chat.

C’est une maladie grave et c’est une zoonose : elle est susceptible d’être transmise par les animaux à l’homme et réciproquement.

La transmission de la leptospirose

Les rongeurs, et en particulier les rats, sont les principaux réservoirs de la maladie.

Le chien se contamine directement au contact des rongeurs sauvages ou indirectement par l’intermédiaire de leurs urines présentes dans le milieu extérieur (les leptospires résistent bien dans les zones humides et ombragées telles que rivières, mares, étangs, terre, boue…)

Les leptospires pénètrent dans l’organisme d’un homme par contact d’une de ses muqueuses (bouche, oeil, appareil respiratoire), ou d’une plaie qu’il s’est faite, avec le sang ou les sécrétions d’un animal infecté depuis quelques jours.
Après environ 8 jours, ce sont les urines des animaux malades qui deviennent contaminantes y compris par leur présence dans le milieu extérieur. L’homme pourra donc contracter la maladie par contact avec les urines d’un chien ou d’un rongeur de compagnie malade mais davantage encore par contact avec les urines de rongeurs sauvages présentes dans les étendues d’eau douce..)

Les professionnels en contact fréquents avec les animaux sauvages ou domestiques et les personnes pratiquant des loisirs aquatiques sont donc particulièrement exposés à la maladie.

La leptospirose se contracte le plus souvent par contamination indirecte, lors d’activités avec de l’eau douce (lacs, étangs, eaux souillées ou boueuses) et par contamination directe (morsure, contact avec les urines d’animaux malades).

DSCN1874

Les manifestations de la maladie

– Le chien peut développer une forme suraiguë de leptospirose. Il meurt alors en quelques heures.

Une forme aiguë de la maladie est également décrite: le chien présente une forte fièvre associée à des troubles hépatiques et rénaux.
Une gastro-entérite hémorragique peut également apparaître. Une atteinte pulmonaire est aussi possible.
Dans cette forme de leptospirose, le pronostic dépend très fortement de la rapidité de mise en place du traitement.

Dans certains cas, des insuffisances hépatiques ou rénales chroniques peuvent faire suite à une infection par les leptospires.

Enfin, le chien peut excréter la bactérie en l’absence de tout symptôme.

– Les petits rongeurs tels le hamster ou le cobaye sont sensibles à la maladie jusqu’à l’âge de 6 mois. Ensuite, ils deviennent porteurs asymptomatiques, c’est-à-dire que leurs urines contiennent les leptospires sans qu’eux-mêmes ne soient malades.
De la même façon, rats et souris infectés rejettent la bactérie dans leurs urines sans être malades.

– Chez l’homme, les leptospires se multiplient dans le sang puis se distribuent dans tout l’organisme avec une préférence pour certains tissus comme le foie ou les reins..
Des tableaux cliniques très divers font suite à l’infection par les leptospires:
* La leptospirose aiguë peut provoquer une septicémie ( infection généralisée liée à la multiplication des bactéries dans le sang)
* Le plus souvent, la leptospirose provoque un syndrome ictéro-hémorragique: le malade souffre de troubles hémorragiques associés à une atteinte du foie provoquant l’apparition d’une “jaunisse’”
* Plus rarement, une méningite, des troubles pulmonaires ou encore une insuffisance rénale chronique sont décrits.

Le diagnostic de la leptospirose et son traitement

Le diagnostic de la leptospirose chez l’animal n’est pas facile : les signes cliniques ne sont pas spécifiques de la leptospirose.

Actuellement, un moyen assez fiable est de rechercher la présence de l’ADN de la bactérie dans le sang et dans l’urine par méthode dite de PCR.

Le traitement de la leptospirose fait appel à des antibiotiques spécifiques.
Plus ce traitement sera entrepris tôt, plus les chances de survie de l’animal seront importantes.

Il faut également mettre le chien sous perfusion , son hospitalisation est systématique. Le pronostic reste très réservé…

cn_noir_hospit

Les moyens de lutte contre la leptospirose

La protection du chien passe par une vaccination régulière contre la maladie.

Le vaccin va permettre d’éviter l’expression clinique de l’infection par les leptospires et notamment l’apparition des formes mortelles de la maladie.

 

La vaccination nécessite 2 injections de primo-vaccination à 1 mois d’intervalle.

Il est indispensable de réaliser au moins un rappel annuel.

 

Les vaccins jusqu’à aujourd’hui protègent contre 2 ou 3 sérogroupes de leptospires.

Depuis peu, un nouveau vaccin, appelé L4 du laboratoire MSD, apporte une protection contre un autre sérogroupe présent en France : c’est un grand progrès pour la vaccination de nos chiens !!
A la clinique Sainte Barbe, pour les chiots ou chiens en primo-vaccination, nous apportons systématiquement cette nouvelle protection sans coût supplémentaire.

Pour les chiens adultes à jour de leur vaccination, nous proposons 1 rappel spécifique L4 un mois après la visite annuelle de vaccination pour le coût de 15 € seulement.

En ce qui concerne l’humain, la vaccination de ses animaux de compagnie n’est pas suffisante pour assurer une protection totale:

– Un animal, même vacciné, peut rester réceptif à des souches sauvages et  devenir excréteur deleptospires.
Il convient donc de respecter certaines précautions:
* Porter des gants pour manipuler un animal souffrant de gastro-entérite, en particulier pour nettoyer ses souillures, et penser à bien désinfecter l’emplacement à l’eau de javel.
* Acheter les rongeurs dans des centres de production contrôlés sur le plan sanitaire, éviter leur contamination en ne les laissant pas errer en milieu naturel (pelouses…) et respecter de strictes mesures d’hygiène pour manipuler leurs urines.

–  Comme nous l’avons vu précédemment,  l’homme peut contracter la maladie au contact d’eaux contaminées par les urines d’animaux sauvages excréteurs (les animaux sauvages sont le principal réservoir de leptospires). Il faudra donc éviter les baignades ou les séjours dans les étangs, les mares ou les rivières contaminés.

 

max_cn_1