L’alimentation BARF pour le chien.

Que penser de l’alimentation BARF pour le Chien ?

Article issu du site cuisine à crocs du Dr Blanchard – vétérinaire nutritionniste.

De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que le B A R F

Ce n’est pas très clair, et vous pourrez trouver diverses explications aux lettre B A R F.

L’une d’elles est Bone and Raw Food. C’est le principe d’une alimentation à base de viande crue, d’abats (on assimile coeur, rognons, foie… parfois gésier et rate), oeufs, laitages, de légumes (souvent crus) et de fruits, et d’os dits charnus (entendez qu’on a laissé un peu de viande sur l’os)…et souvent mais pas toujours d’une absence de céréales.

mensonges-viandeCela part généralement d’un bon sentiment du propriétaire qui veut donner à son chien une alimentation plus proche de son caractère carnivore…

Alors où est le problème ?

Il est à la fois sanitaire et nutritionnel.

Sanitaire ?

La viande ou le poisson crue présente un risque supérieur de contamination par des bactéries plus ou moins pathogènes (salmonelles, E.coli, clostridies ou lysteria par exemple qui peuvent venir de la manipulation des viandes entre l’abattage et la mise dans le réfrigérateur ou de contaminations plus domestiques dans le réfrigérateur) qui sont tuées par la cuisson.

En France, les habitudes alimentaires de l’homme sont encore de consommer de la viande crue, et les contrôles sanitaires permettent de le faire. C’est surtout vrai pour la viande de boeuf. Si la viande distribuée crue est propre à la consommation humaine, c’est sans trop de problème. Mais en cas de doute, ou lorsque l’on a congelé soit même puis décongelé la viande, le mieux est une légère cuisson. La cuisson à coeur à 60°C pendant 2 minutes permet de diminuer ce risque sanitaire.

La viande crue, même si elle est propre à la consommation humaine, peut toujours contenir des oeufs de parasites (Taenia par exemple mais pas seulement). En cela, le risque 0 n’existe pas sauf à cuire la viande. Autrefois c’est la raison pour laquelle on cuisait le porc. Mais cela est en fait vrai pour toutes les viandes. On tue certains parasites en congelant la viande mais plus sûrement en la cuisant (60°C à coeur pendant quelques minutes) On peut vouloir faire prendre ce risque à son chien. Mais il faut savoir que ce risque existe.

Nutritionnel ?

Dans une étude datant de 2011, l’équipe de nutritionnistes de Munich (voir référence en fin de page) a étudié la composition nutritionnelle de 95 rations BARF telles que données par des propriétaires de chiens.

12992168_1028281043927438_458647785_nLes points positifs : sont le plus souvent constatés un apport de calories correct qui permet de maintenir optimal le poids de l’animal, et un apport suffisant de protéines (apportées par la viande de muscle, et généralement élevé dans le cas d’une ration BARF) permet l’entretien de la musculature, du pelage…en tout cas pour la partie structurelle. L’apport de fruit et de légumes (qu’il faut tout de même recommander de cuire pour éviter qu’ils traversent intacts le tube digestif jusqu’à sa sortie) permet d’apporter de la fibre et de l’eau, et contribuent au transit et au confort digestif.

Les points moins positifs : le diable se cache toujours dans les détails ! Il s’agit plutôt des acides gras essentiels et des minéraux, vitamines et oligo-éléments (ce que certains nomment micronutriments)… C’est la partie de l’alimentation qui prend peu de place, mais qui est indispensable à la bonne santé à long terme.

Environ 60 % des rations étudiées présentent au moins une carence ou un excès ou un déséquilibre en calcium, vitamine D, zinc, cuivre, vitamine A…
Au final, 24% seulement de ces rations BARF couvraient les besoins nutritionnels.

Quels sont les risques ? les problèmes les plus fréquents ?

Trop d’os : un os, type jarret de veau, par semaine pour un chien, pour peu qu’on adapte le format de l’os qu’on laisse consommer par le chien, ne pose aucun problème. Mais attention, si le chien consomme trop d’os, que risque-t-il ?

* il consomme trop de minéraux et risque constipation voir obstruction intestinale (cela peut aller jusqu’à nécessiter une chirurgie).

Unknown* il consomme trop de calcium, ce qui diminue l’absorption des oligo-éléments (zinc et cuivre) dans le tube digestif et créé des carences secondaires en cas éléments. Le zinc sert à de nombreuses synthèses de protéines. La partie émergée, visible, d’une carence en zinc est une hyperkératose, une dépilation autour des yeux et lésions des zones de jonction entre les muqueuses et la peau (bouche, commissure des lèvres, truffe, anus…). Le cuivre sert à la synthèse des pigments noirs du pelage et à la synthèse de collagène entre autres. Une carence en cuivre se voit plus facilement chez un chien de poil noir, la couleur du poil tourne alors au rouge.
Volaille-viande-carcasse-Confondre viande et carcasse…lorsque l’on achète de la viande, il ne faut pas acheter un mélange de viande et carcasse, car ces mélanges contiennent trop de minéraux, et ne peuvent être équilibrés.

-Croire que les abats sont tous les mêmes ou qu’il suffit d’en apporter une fois par semaine.

Le coeur est un muscle…le foie est un carrefour métabolique très riche (mais en quantité variable selon l’alimentation de l’animal à qui il appartenait) en vitamine A, en cuivre, assez riche en vitamine D, et en autres oligo-élements, riche en calories, protéines et fer sous forme hautement assimilable (le muscle rouge aussi).

Les rognons sont riches en oligo-éléments en quantité variable, et en purines. Le gésier est riche en protéines de muscles mais aussi en collagène -non digestible quand il est cru.

-Croire qu’il faut donner un oeuf cru… le jaune oui, mais le blanc contient des facteurs anti-nutritionnels, notamment qui diminuent la digestibilité des protéines : à éviter, préférer donner un oeuf entier dont le blanc est cuit… ou que deux oeufs remplace 100 g de viande… nutritionnellement c’est faux !

-Croire que les fruits et légumes suffiront à apporter les vitamines manquantes… faux ! Les besoins du chien et de l’homme sont différents. Et les fruits et légumes, s’ils ont été cueillis depuis plusieurs jours, perdent vite ce bénéfice. Il faut donc penser à ajouter un complément de vitamines et oligo-éléments, de forme et en quantités adaptées…au chien !

-Oublier l’apport des acides gras essentiels : l’huile d’olive a très bonne presse, car si elle substitue les graisses saturées chez l’homme, cela diminue le risque cardio-vasculaire …chez l’homme ! mais l’huile d’olive n’apporte pas plus d’acides gras essentiels que les graisses animales ! Et le chien n’est pas soumis au même risque que l’homme quand il consomme du gras, bien au contraire… sauf dans certaines situations pathologiques, il tolère très bien les graisses saturées ! Cela vient justement de ses ancêtres les loups.
Pour apporter des acides gras essentiels (acide linoléique = oméga 6 ET acide alpha-linolénique = oméga 3), il vaut mieux miser sur l’huile de COLZA, crue, et de bonne qualité (si elle sent le poisson, ou que le chien ne veut pas la consommer, c’est qu’elle est oxydée ! préférez acheter de petites bouteilles cachées de la lumière, à conserver éventuellement auréfrigérateur).
Ou tout miser sur l’huile de foie de morue … Elle est très riche en oéga 3 à chaine longue (EPA+DHA), mais aussi en vitamines A et D. Hors ces vitamines, si elles sont essentielles, sont aussi toxiques en excès… et l’excès d’huile de foie de morue est assez facile à atteindre chez un chien. De plus, même l’huile de poisson n’apporte pas tous les acides gras essentiels (il n’y a pas que les omega 3 à chaine très longue qui soient utiles)… A éviter donc.
Pour un apport d’EPA et DHA, préférer une huile de poissons sauvages des mers froides (huile de saumon, sardine, hareng, maquereau…) en capsule, ou en petit flacon airless, et non en flacons à pompe : EPA et DHA sont tellement sensibles à l’oxydation que le temps que vous ayez donné le quart de votre flacon à pompe, il seront oxydés et au mieux inutiles au pire toxiques.

-Croire qu’un chien doit jeûner une fois par semaine…? Est-ce utile ? D’où vient cette idée ?

En 1912, une étude très scientifique a été publiée, et montré qu’un chien qui avait reçu seulement de l’eau pendant 117 jours avait survécu.

Qu’en conclut-on ? Que le chien est tolérant au jeûne ? Certainement ! Que cela peut être considéré comme une adaptation à la survie en temps de famine ? Probablement ! Que c’est une nécessité ? Surement pas !

Si l’on revient au comportement alimentaire du loup… Le loup chasse en meute de grandes proies, les consommant autant que possible sur place, et enterrant les restes, le plus souvent les os avec ce qui reste de viande dessus ou de moelle dedans, pour les déterrer quelques jours ou semaines plus tard, quand il n’y a rien à manger…portrait-de-trois-loups-585x3901

Ce comportement, le chien l’a conservé. De même quand il n’y a rien à manger (pas de grosses proies en vue pendant des jours ou des semaines), même plus les restes enterrés, la résistance au jeûne prend un sens bénéfique.
Un chien est plutôt d’un naturel glouton : « je mange tout ce que je peux, des fois que demain, il n’y aurait rien à manger »… mais le chien de compagnie n’a pas le mode de vie du loup ! Il a généralement a mangé le lendemain… C’est la raison pour laquelle il n’est pas nécessaire de donner plus un jour, car le lendemain il y a aura encore !

Pourquoi on ne voit pas grand chose ?

Une erreur alimentaire ne tue pas vite ! Et heureusement… Car les individus sont adaptables, et tolérants. Mais à long terme, la survenue de maladies est moins fréquente et l’espérance de vie plus longue quand l’alimentation couvre les besoins nutritionnels de manière optimale chaque jour et en bonne quantité (en évitant le surpoids) -là, on a des preuves !-.

Comment faire pour faire du BARF sans risque ?

Une ration BARF sans risque pour un chien revient à une ration ménagère équilibrée (viande/poisson/remplacés par des abats de temps en temps+Vit’i5+huile de colza+/-huile de poisson+légumes cuits+féculent), avec une quantité d’amidon raisonnable (ce qui revient à dire plus de viande, donc c’est un peu plus cher), on peut ajouter un laitage (mais cela ne dispense pas d’apporter un aliment minéral et vitaminé car le besoin en minéraux et vitamines sera mieux couvert, un laitage ne le couvrira jamais), une friandise type fruit peut aussi être ajoutée, et un os donné une fois par semaine, si la quantité consommée est en relation avec le format du chien.IMG_1895

Sur le site cuisine-a-crocs.com, vous pouvez trouver des rations de ce type pour un chien adulte en précisant que vous voulez moins d’amidon que possible, choisir viande/poisson, légume, féculent, ajouter un laitage de votre choix, et 1 ou 2 friandises parmi lesquelles un fruit par exemple…

[Références :
Axelsson E, Ratnakumar A, Arendt ML, Maqbool K, Webster MT, Perloski M, Liberg O, Arnemo JM, Hedhammar A, Lindblad-Toh K. The genomic signature of dog domestication reveals adaptation to a starch-rich diet. Nature. 2013;495(7441):360-364.
Dillitzer N, Becker N, Kienzle E. Intake of minerals, trace elements and vitamins in bone and raw food rations in adult dogs. Br J Nutr. 2011;106 Suppl 1:S53-S56.
Ovodov ND, Crockford SJ, Kuzmin YV, Higham TF, Hodgins GW, van der Plicht J. A 33,000-year-old incipient dog from the Altai Mountains of Siberia: evidence of the earliest domestication disrupted by the Last Glacial Maximum. PLoS One. 2011;6(7):e22821]