Furet – Fiche conseils

unknown

1) Mon Furet doit être choisi avec précaution :

C’est un compagnon adorable quand on prend le temps de l’éduquer.

Vis-à-vis des morsures, parfois provoquées par les odeurs de nicotine, savon et parfum sucré, je garde les doigts repliés, je donne une friandise lorsqu’il a été sage et je ne le punis, en le remettant en cage quelques minutes, qu’en dernier recours.

 

Sans que cela soit systématique, Chien et Chat peuvent s’adapter au Furet.

J’évite le contact avec un Lapin, Rongeur, Reptile ou Oiseau et un enfant de moins de 10 ans.

A l’acquisition, il doit être vif, avec un beau pelage, et sans œil ou narine qui coule, ni selles suspectes. Un Furet à tâche blanche sur la tête peut être victime de surdité.

2) Mon Furet étant Carnivore strict, son régime répond à des critères précis :

L’aliment idéal est sec, riche en protéines et lipides et pauvre en fibres et glucides. Même s’il mange en général 20-40g/jour, je donne les aliments à volonté en gamelle non métallique et dans ses cachettes que j’ai identifiées.

Les zones alimentaires et d’eau sont nettoyées tous les jours.

Les habitudes étant prises avant 4 mois, je lui propose tout de suite une alimentation de qualité :

Les Extrudés

Ce sont des croquettes de forme identique, saines, accessibles et anti- tartre. De bonnes marques existent pour Furet : Béaphar® et Supreme Science® par ex. En dépannage, je donne des croquettes chaton de qualité (Hill’s®, Royal Canin®, etc.).

L’extrudé idéal a 30-40% de protéines, 18-25% de lipides et moins de 3 % de fibres, les valeurs hautes allant aux Furetons et Furettes en gestation/lactation. Je privilégie ceux dont le 1er ingrédient est d’origine animale (poulet par ex.), tout comme 3 à 4 des 6 1ers ingrédients. J’évite les sous-produits (carcasse, viscère, etc.) et les protéines d’origine végétale. Le sachet est conservé fermé, au sec et à l’ombre.

Proies entières (poussins) et restes broyés de boucherie (barf)

Ils peuvent être donnés en complément. Ils sont issus d’un bon fournisseur (www.st-laurent.fr par ex.), conservés congelés et bouillis à l’eau avant le repas. Les proies présentent un risque d’infection alimentaire et, moins souvent, d’occlusion intestinale.

Les transitions alimentaires sont progressives. Les extrudés d’un Furet âgé sont ramollis à l’eau tiède.img_4680Furets angoras en mue ou avec des proies reçoivent 1 càc de paraffine par semaine.

En friandise, les morceaux cuits (sans graisse ni épice) de poisson, poulet, bœuf, foie et œuf (jaune et blanc) ainsi que de l’huile de poisson sont tolérés.

Même s’il aime, je ne lui donne pas de :

  • Produit laitier (risque de diarrhée), charcuterie et viande crue (carence en lipide)
  • Pâtisserie, chocolat, café, fruit, sucrerie, biscuit
  • Pain, pâtes, riz, céréales, cacahuète, amande
  • Croquettes chien, croquettes chat à protéines végétales, boîte, sachet fraîcheur, os.

3) Mon Furet a besoin d’un environnement adapté :

De nature curieuse, il explore, lèche et mordille beaucoup d’objets du quotidien. Je fais le tour de la(des) pièce(s) où il est lâché tous les jours et j’obstrue tout espace dangereux aussi petit que 2.5×2.5cm où il pourrait se faufiler (plancher, meuble, cuisine, machine…).

Je ne ferme jamais un canapé- lit, lave-vaisselle, four, frigo, machine à laver/sécher sans m’être assuré de son absence à l’intérieur. Un collier ajustable avec grelot permet de le localiser. Les sacs plastiques et rouleaux en carton où il se met sont troués et élargis.

Souvent avalé et formant des corps étrangers digestifs, je retire tout objet spongieux tel qu’éponge, gomme, boules Quies®, balle en caoutchouc et jouet mou.

Habitué aux bêtises, mon Furet passe la nuit et les moments où je ne peux le surveiller en cage. De barreaux et non de verre, elle mesure 75x100x75cm pour 1 à 2 Furets. Sites de repas et d’eau sont éloignés de la litière constituée de journal ou de papier recyclé et non de copeaux. Je récompense mon Furet quand il est propre. Sinon je place ses selles dans la litière ou je l’y mets quand je le vois se préparer à faire dans un coin. Comme il se cache et dort beaucoup (12-16h/j), je lui fournis t-shirt, serviette, gant de toilette, hamac, etc. Très sensible au niveau respiratoire, je lui évite la fumée de cigarette. Quand la lumière naturelle commence à faiblir, je limite progressivement le temps d’éclairage de mon Furet, en couvrant sa cage d’un linge par ex.

4) Mon Furet a des caractéristiques de reproduction propres :

Mon Furet est mature dès l’âge de 5 mois. 7 à 10 jours après le gonflement de la vulve, la femelle s’accouple avec le mâle 2 à 3h par jour pendant 3 jours.

La reproduction est conseilimg_4682lée de décembre à juillet et aboutit à 1 portée par an. La gestation dure de 40 à 44 jours et produit 1 à 18 petits (8 à 10 en moyenne) qui pèsent 6 à 12g à la naissance. L’ouverture des yeux est tardive à 1 mois. Le sevrage a lieu vers 6 à 8 semaines lorsque les furetons font 200 à 400g. La femelle est capable de se reproduire à nouveau 2 mois après la mise bas.

 

Un Furet adulte pèse 600 à 1200g et son poids augmente de 20 à 40% en hiver. Son espérance de vie s’étend de 5 à 10 ans.

5) Mon Furet nécessite des soins à la maison et des soins vétérinaires :

Très sociable, je le câline, je joue souvent avec lui (balle, corde, balai, serpillère…) et je remplace ses jouets une fois abimés.

Afin qu’il s’inhibe pendant les soins, je l’habitue tôt à être saisi par la peau du cou comme sa maman faisait quand il était petit. Je peux ainsi appliquer une pâte anti-tartre sur les dents, nettoyer ses oreilles 1 fois par semaine et couper ses griffes. Même s’il n’apprécie pas beaucoup, je peux lui faire prendre un shampooing doux 1 fois par mois maximum.

Je m’inquiète pour mon Furet en cas de vomissement, ramollissement et changement de couleur des selles, faiblesse des pattes arrière, fatigue, anorexie, perte de poils et grattage.

Ferret puppies on a white background

Une visite annuelle vétérinaire permet sa vaccination et son déparasitage externe et interne. Les glandes anales ne peuvent être retirées mais odeur et agressivité entre congénères sont atténuées grâce à la stérilisation, envisageable dès 6 mois.

Pour raison de santé, cet acte est indispensable à toute femelle non accouplée et est à faire au plus tard 2 semaines après le gonflement de la vulve. Même si la chirurgie est possible, l’implant de stérilisation, à renouveler tous les 12 à 18 mois, est privilégié car plus rapide à poser et protégeant en plus de la maladie surrénalienne.

Enfin, une identification électronique évite de perdre mon Furet en plus de faire de moi son propriétaire légal.

La clinique Sainte Barbe remercie le Dr Olivier Pouyol pour l’écriture de cet article.